Translate

lundi 27 mai 2013

"Quand les colombes disparurent" de Sofi Oksanen

 

 

 Résumé

Occupation, résistance et collaboration sont les ressorts de ce roman puissant, dans une Estonie prise tour à tour au piège des communistes et des Allemands. Pour répondre aux errances de l'Histoire, chacun devra choisir un camp, un chemin. Roland, le juste, combat sans relâche l'envahisseur ; son cousin Edgar, véritable caméléon, épouse successivement l'idéologie du pouvoir ; enfin Juudit, sa femme, est écartelée entre son amour sincère pour un officier allemand et l'hypocrisie suffocante d'un mariage raté. Mais qui sera le vainqueur de cette lutte acharnée ?
Après Purge, Sofi Oksanen pointe une nouvelle fois la fragilité et la faiblesse de l'homme à l'égard d'une Histoire qui l'écrase et lui survivra toujours.

«C'est incontestablement le joyau de l’œuvre de Sofi Oksanen... un pur chef-d’œuvre. Purge n'était qu'un prélude à ce chef-d’œuvre.»
Kauppalehti

«Quand les colombes disparurent est puissant et convainquant. Oksanen est à la hauteur de toutes nos attentes.»
MTV3

Sofi Oksanen est née en Finlande en 1977, d'une mère estonienne et d'un père finlandais. Elle est devenue en trois romans et quelques pièces de théâtre un personnage incontournable de la scène littéraire finlandaise. Purge a marqué la consécration de l'auteur, qui a reçu en 2008 l'ensemble des prix littéraires du pays, mais le roman a également enrichi le débat historiographique sur cette période de l'occupation soviétique.



Lire aussi le post d'Estonie-Tallinn sur ce sujet


Source 

mercredi 8 mai 2013

9 mai , Journée de l'Europe






Qu'est ce que la Journée de l'Europe ?



Le 9 mai 1950, sur proposition de Jean Monnet,alors Commissaire général au Plan, Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères français, fait une déclaration historique dans le salon de l’Horloge du Quai d’Orsay : il appelle à la mise en commun sous une autorité internationale des productions française et allemande de charbon et d’acier.
Ce projet, visant à assurer la paix en Europe, est aujourd’hui considéré comme l’acte de naissance de la construction européenne. Il est à l’origine de la première communauté européenne .
Six pays répondent à l'appel et créent par le traité de Paris, le 18 avril 1951, la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) : l'Allemagne, la Belgique, la France, l'Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas.


  Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères français, fait une déclaration historique dans le salon de l’Horloge du Quai d’Orsay le 9 mai 1950




Le 9 mai 1950, Robert Schuman présentait sa proposition relative à une organisation de l'Europe, indispensable au maintien de relations pacifiques.
Cette proposition, connue sous le nom de "Déclaration Schuman", est considérée comme l'acte de naissance de l'Union européenne.
Aujourd'hui, le 9 mai est devenu un symbole européen (journée de l'Europe) qui, aux côtés du drapeau, de l’hymne, de la devise et de la monnaie unique (l'euro), identifie l'Union européenne en tant qu'entité politique.



L'année 2013 a été désignée "Année européenne des citoyens" .
La 27e édition de la Journée de l'Europe se place, avec le slogan : "Parce que l'enjeu c'est l'Europe, parce qu'il s'agit de vous !" sous le signe des droits de citoyenneté, mais aussi du dialogue et du débat sur le futur de l'Europe.
De nombreuses manifestations sont organisées dans les villes sur l'initiative des associations, des collectivités locales, etc. Elles s'adressent à tous les âges afin de mieux faire connaître l'Union européenne et d'expliquer comment les citoyens européens peuvent bénéficier directement des droits que leur confère l'UE.





 "L'Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait". 
Robert Schuman, 9 mai 1950 






Faut -il continuer à commémorer le 8 mai 1945 ?




 
Que représente le 8 mai 1945 ?
C'est la date commémorative de la fin de la guerre en Europe .
Voici un petit rappel historique de ce qui s'est passé les 7 , 8 et 9 mai 1945 :


L' Histoire

Le 7 mai 1945, à 2h41, l'acte de capitulation allemande est signé à Reims. Les combats doivent cesser le 8 mai à 23h01. La nouvelle est communiquée officiellement le 8 mai à 15h00. Le lendemain, 9 mai, à 0h16, la capitulation générale est signée à Berlin. En effet, les Soviétiques, maîtres de la ville depuis le 2 mai, estiment que la capitulation de Reims n'est qu'un acte préliminaire. La France, signataire aux côtés des Alliés de ces deux actes, est représentée à
Reims par le général Sevez, à Berlin par le général de Lattre de Tassigny. La reddition sans conditions de l'Allemagne nazie met fin en Europe à un conflit de six ans qui a fait plusieurs dizaines de millions de morts.
Le 8 mai, à 15h00, les cloches de toutes les églises sonnent officiellement la fin de la guerre tandis que le général de Gaulle en fait l'annonce radiophonique. La population laisse éclater sa joie. Le 8 mai après-midi et le 9 mai sont déclarés exceptionnellement fériés. À Reims, à Paris, la foule envahit les rues, entonnant la "Marseillaise" et des chants patriotiques. 
Toutefois, la date du 8 mai ne marque pas la fin de la présence militaire allemande sur l'ensemble du territoire, les dernières poches de résistance – Dunkerque, Lorient, Saint Nazaire – ne tombant que les jours suivant la capitulation du Reich. 

Source :
http://www.defense.gouv.fr/sga/content/download/45986/457355/file/n15_-_le_8_mai_fete_de_la_victoire_de_1945_mc15.pdf


La commémoration du 8 mai  1945 au fil des ans


- Dès 1946 , la loi consacre le dimanche 8 mai, ou le dimanche suivant, pour célébrer la victoire.
"Article unique : La commémoration de la victoire remportée par les armées françaises et alliées le 8 mai 1945 sera célébrée le 8 mai de chaque année si ce jour est un dimanche et, dans le cas contraire, le premier dimanche qui suivra cette date."

- 1953 : le 8 mai devient un jour férié
Par la loi n° 53-225 du 20 mars 1953, d'origine parlementaire, le 8 mai devient un jour férié.

1959 : la loi consacre le deuxième dimanche de mai pour célébrer la victoire.
Afin de limiter le nombre des jours fériés en mai, le décret n° 59-533 du 11 avril 1959, renouant avec l'esprit de la loi de 1946, prévoit que la victoire de 1945 sera célébrée le deuxième dimanche du mois de mai. 


- Le 8 mai 1965 : jour exceptionnellement férié pour le 20ème anniversaire de la victoire.
Par dérogation, pour le 20e anniversaire, le 8 mai 1965 est exceptionnellement déclaré férié par décret du 1er avril 1965.

- Jusqu'en  1981 : nouveaux débats sur la façon de célébrer la victoire du 8 mai 1945
Pour répondre au souhait des anciens combattants de voir la victoire célébrée à sa date anniversaire sans augmenter le nombre des jours fériés en mai, un décret du 17 janvier 1968 prévoit une célébration annuelle à nouveau fixée à la date du 8 mai, mais en fin de journée.


- En 1975, le président de la République en exercice, Valéry Giscard d'Estaing, prend la décision de ne plus conférer un caractère gouvernemental à cette cérémonie en supprimant la commémoration officielle et nationale. Il propose d'y substituer une journée de l'Europe tandis que le gouvernement envisage l'idée de faire du 11 novembre une journée nationale du souvenir. Motivée par une volonté de réconciliation franco-allemande, cette décision s'inscrit dans une perspective européenne. Elle provoque toutefois de vives réactions et entraîne des protestations, tant dans le monde politique que chez les anciens combattants qui souhaitent depuis longtemps, pour nombre d'entre eux, que le 8 mai soit commémoré à l'égal du 11 novembre.
Ainsi, jusqu'en 1981, un grand nombre de communes ont continué à célébrer officiellement le 8 mai à sa date anniversaire.

- A partir de 1981 : le 8 mai est déclaré jour férié, puis jour de fête nationale.
Par modification du Code du travail, la loi n° 81-893 du 2 octobre 1981 ajoute le 8 mai à la liste des jours fériés.


 En 1982, après de nombreux débats, la commémoration est reconnue comme une fête nationale. Cette "journée de la liberté", fériée et chômée, doit être abondamment présentée dans les écoles et les universités et les commémorations qui la ponctuent faire l'objet d'une large couverture médiatique.
Le 8 mai reste ainsi une date symbolique, célébrée par presque toutes les communes. Commémoration nationale, il s'est progressivement imposé comme un second 11 novembre, auquel il emprunte une grande part de son rituel. 
Aujourd'hui, l'unité semble se faire autour du message à transmettre : la lutte pour la liberté et la démocratie.


Qu'en est-il aujourd'hui ?

Aujourd'hui , 65 ans après la capitulation de l'Allemagne nazie , ne pourrait- on pas se poser cette question :
"Depuis 1951, le 8 mai, date d’armistice de la seconde guerre mondiale, est célébré en France. A l’heure européenne, quelle valeur conserve cette date ? Que fête-t-on au juste et jusqu’à quand ?"

Je vous invite à lire cet article en suivant ce lien : 


L'article a été écrit en 2009 par Cédric Puisney dans Le Taurillon, magazine écocitoyen.
Une autre de ses phrases :
" pourquoi ne pas bousculer le calendrier et remplacer ce triste 8 mai par un 9 mai synonyme d’espoir pour nos grands-parents et d’avenir pour nos enfants ?
L'heure n’est plus à la rancune ou à la stigmatisation. Ensemble, France et Allemagne se sont détruites pendant des années. Ensemble, elles se sont reconstruites ces 65 dernières années. Ensemble, elles se réinventent chaque jour en même temps que l’Europe. Qui réinventera le calendrier français ?"

Certains vont me rétorquer : il faut garder cette date commémorative du 8 mai pour ne jamais oublier toutes les horreurs qui ont été commises pendant cette guerre , afin que cela ne se reproduise jamais.
Ne pas oublier ce que représente le 8 mai , bien sûr, mais fêter l'Europe le 9 mai  est de toutes façons  une bonne raison de rappeler à tous les citoyens que l'Europe s'est créée sur les cendres du conflit armé le plus vaste que l' humanité ait connu.
Les bases de la construction de l'Europe se sont faites entre les mêmes pays qui se sont combattus au cours de ce conflit dévastateur . De ce fait, les 8 et 9 mai , même s'ils ne commémorent pas les mêmes évènements , sont étroitement liés et le seront toujours .
Alors pourquoi le 9 mai ne pourrait-il pas devenir Journée de l'Europe,  fériée pour tous les États membres ?


 Vous comprenez maintenant pourquoi j'ai choisi de mettre en entête de ce post le drapeau de l'Europe, d'autant plus que le 9 mai, c'est la journée de l'Europe