Translate

samedi 16 mai 2009

Winds of change : l'effondrement du bloc de l'Est -1989 -



Tout a commencé par la chute du mur de Berlin ,on pourrait écrire la phrase suivante dans un livre d'Histoire :

C'était il y a vingt ans : le 9 novembre 1989, la chute du mur du Berlin entraînait l’effondrement du bloc de l’Est.

Mikhaïl Gorbatchev , arrivé au poste de Secrétaire général du parti communiste de l'Union soviétique en mars 1985 , a été à l'origine de cet effondrement .
Dès son arrivée , Il tente d'insuffler une nouvelle jeunesse à l'économie de l'URSS . Il met en place une politique de Glanost (transparence ) et de Perestroïka (restructuration) , s'efforçant de sauver le système par des réformes structurelles très profondes .
Cette politique a entraîné l'accélération de l'effondrement du Bloc de l'Est et s'est achevée avec la chute du Mur de Berlin en 1989 ,occasionnant la fin de la Guerre froide.

ARTE revient sur ce temps fort de l’histoire européenne à travers plusieurs documentaires et une “Thema”.
Arte diffuse donc du 6 au 20 Mai une série documentaire très intéressante en cinq volets sur l'effondrement du bloc de l'Est , choisissant dans cinq pays différents ( Russie , Pologne , Hongrie ,Roumanie et Lituanie ) des acteurs de ces moments historiques , et revivant avec eux ces périodes très importantes qui annonçaient l'écroulement de l'URSS ; pour nous faire comprendre grâce à ces personnages qui ont fait l'Histoire comment le bloc de l'Est s'est progressivement fissuré dans les années 1980 .



Tout d'abord ,un premier reportage qui a précédé les cinq volets a été diffusé dans le magazine culturel européen "Metropolis" ; le Filmmuseum de la Deutsche Kinemathek confrontait des films et des photos de particuliers aux documents réalisés à l'époque par les correspondants de presse et les chaînes de télévision .

Une façon de connaître les évènements et la manière dont ils ont été perçus par ceux qui les ont vécus aux premières loges .
Metropolis :Instantanés de la chute du Mur
Des images qui ont fait le tour du monde, les souvenirs des gens qui ont vécu la chute du mur aux premières loges. Une exposition au Musée du Film et de la Télévision de Berlin.





La série documentaire aux cinq volets a , quant à elle ,commencé le 6 mai .
Je n'ai pas pu voir le premier volet qui se passait en Russie :
" Le photographe de la perestroïka "
Les clichés d'Alexander Tchoumitchev, qui suivait Mikhaïl Gorbatchev, donnent une image particulièrement vivante des bouleversements qui ont précédé l'effondrement du bloc de l'Est.





- Le deuxième volet : Pologne ,"Henryka et la naissance de Solidarnosc"
En 1980, Henryka Krzywonos et ses collègues de Gdansk ont été les premiers citoyens du bloc de l'Est à saper les bases du "système".











- Le troisième volet: Hongrie , "Le gardien du Rideau de fer"
À l'été 89, de nombreux Hongrois réclament plus de démocratie et de liberté. Même des dignitaires du Parti ne trouvent plus ces revendications irrecevables, à l'heure de la glasnost et de la perestroïka. Attirés par l'esprit novateur qui souffle à Budapest, des milliers de citoyens de la RDA se réfugient en Hongrie, d'où ils espèrent pouvoir passer à l'Ouest. Ce rêve devient réalité le 19 août : un ancien poste-frontière avec l'Autriche est ouvert pour quelques heures. Des Allemands de l'Est - qui avaient opportunément organisé avec l'aide des réformateurs hongrois un pique-nique pour une "meilleure compréhension des peuples de l'Est et de l'Ouest" à proximité - passent massivement de l'autre côté. L'officier de service, Árpád Bella, décide alors qu'il ne fera plus jamais tirer sur des fugitifs avides de liberté.

Pour moi qui suis allée en Hongrie lors de l'été 1967 (j'avais 11ans ) ce documentaire a fait ressurgir des souvenirs vieux de 40 ans ! Cela m'a rappelé le rideau de fer que j'avais découvert cette année là en passant la frontière austro -hongroise ... et qui avait énormément impressionné la petite fille que j'étais ! Les images sont toujours restées gravées dans ma mémoire ! 


- Et le quatrième volet : Roumanie ,"L'accusateur de Ceausescu "
En Roumanie, seul des anciens pays socialistes à vivre une révolution sanglante, la chute de Ceausescu résulta d'un putsch parfaitement planifié.
Je me souvenais très bien de cet évènement qu'on avait suivi "en direct" fin décembre 1989 , c'était incroyable ! Ce "procès" et la double éxécution qui ont suivi ont été montrés en direct sur de nombreuses chaînes de télévision dans le monde en cette fin d'année 1989. 




Le dernier et cinquième volet sera diffusé mercredi prochain, le 20 mai , à 21h35 et s'intitule : Lituanie, "La jeune fille et le char "
En 1989, cinquante ans après la signature du pacte germano-soviétique et leur intégration forcée dans l'Union soviétique, les pays baltes placent tous leurs espoirs dans la perestroïka lancée par Gorbatchev. En Lituanie, Stase Asanaviciuté et sa fille Loreta participent au mouvement d'indépendance. Mais Gorbatchev voit là une menace pour l'avenir de l'Union soviétique. En janvier 1991, il fait sortir les chars des casernes. Le gouvernement lituanien se retranche dans le parlement, la tour de télévision devient le symbole des libertés et les habitants de Vilnius se relaient pour monter la garde. Loreta est de ceux-là. Dans la nuit du 12 au 13, les blindés s'avancent vers le bâtiment que les citoyens entourent en formant une chaîne humaine...

De tous ces évènements , je me souvenais principalement de la chute du mur de Berlin , et en Roumanie ,du " procès "expéditif , suivi de la condamnation à mort et de l'exécution du dictateur Ceausescu et de sa femme le 25 décembre 1989 . Cela m'a donc aidé à me remettre en mémoire d' autres pages de l'Histoire tout aussi importantes que j'avais un peu oubliées .

Voici le site d'ARTE pour lire les commentaires sur chacun des documentaires :




Pour illustrer cette période remplie d'évènements particulièrement importants et nombreux , qui allaient aboutir à la victoire de la liberté sur le communisme, les paroles d'une chanson écrite par le groupe rock allemand "Scorpions" résonnent particulièrement bien ; à chaque fois que j'entends cette chanson , j'y associe l'année 1989 et ses évènements ,et bien sûr ce qui en a été le prolongement , l'effondrement du bloc de l'Est .
Cette chanson , c'est : "Wind of Change " .
Elle est par la suite devenue "l’hymne "du changement du communisme vers le capitalisme .
J'ai trouvé la vidéo de "Wind of Change " en live avec the Berlin Philharmonic Orchestra .


9 commentaires:

  1. Merci Marianne pour ce superbe article! J'avais 15 ans à l'epoque mais je me souviens encore tres bien des evenements de cette année-là. C'était aussi ma période "cheveux longs" et grand fan de Scorpions. Merci de nouveau, pour cette version de Wind of Change que je ne connaissais pas. Je n'ai pas oublié les paroles... :) Steph

    RépondreSupprimer
  2. Merci Steph pour le compliment !
    C'est une époque qui m'a beaucoup marquée aussi , et j'avais envie d'en parler un peu pour les 20 ans de la chute du mur de Berlin .
    Moi aussi , c'était ma période "Scorpions" , tu peux demander à Guillaume ,j'avais acheté le CD "Crazy World" et enregistré sur une K7 pour l'emporter partout en voiture , mm ds le sud de l'Espagne ...
    Ces années si importantes sont de sacrées années pour les peuples qui les ont vécues ! Et je pense particulièrement à la famille de ma belle fille en Estonie .
    Il y a un évènement qui m'a aussi beaucoup touchée :le 23 aout 1989 le "Baltic Way "ou Baltic Chain" , 2 millions de personnes qui forment une chaîne sur 600 kms de l'Estonie à la Lituanie ,pour protester contre le pacte Molotov-Ribbentrop dont c'était le 50ème anniversaire ,c'est yn truc invraissemblable ,incroyable pour nous , gens de l'Ouest !Ma belle fille et sa famille y étaient , elle avait 6 ans , et elle s'en souvient bien ,c'est un évènement très impressionnant et marquant pour un enfant , elle s'en souviendra toute sa vie !
    Je trouve que c'est bien de fêter des anniversaires tels que ceux là pour ne jamais oublier qu'il y a eu (et qu'il y a encore ) des régimes qui ont opprimé des peuples .

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas l'histoire de la Baltic Chain...comme je suis curieux et que je veux tout savoir sur le pays de mon p'tit bout, je vais essayer de trouver des articles dessus, voire des photos. Ca devait être impressionnant. Il y a eu de belles choses de faites dans les pays baltes contre l'oppression...Cela peut peut-etre expliquer pourquoi aujourd'hui ils se revoltent tres peu malgré l'inexperience et l'incompetence de leur gouvernement face a la crise. Ils connaissent la vie dure...Steph

    RépondreSupprimer
  4. Oui, ce devait être très très impressionnant !
    Voici déjà un lien pour une vidéo magnifique ; avec la musique, la première fois que je l'ai vue , j'ai pleuré , c'est très émouvant !
    http://www.youtube.com/watch?v=CLSvMas6ibo

    Je te comprends de vouloir tout connaître sur le pays dans lequel vit ton fils , j'étais pareille avec ma belle fille ,très curieuse de connaître tout sur son pays ,et je le suis encore .
    Quel âge a ton p'tit bout ?
    Ce que tu dis sur les peuples de ces Etats est vrai , ils ont tellement été habitués à une vie dure qu'ils supportent tout ...mais jusqu'à quel point ? L'avenir nous le dira ..

    RépondreSupprimer
  5. C'est la video que j'ai trouvée egalement. Deux millions de personnes main dans la main...Beaucoup d'émotion :P...ce pays compte beaucoup pour moi parce que mon fils est là-bas. Il a eu deux ans le 9 mai...il est né pendant les emeutes en 2007 et j'en menais pas large :) Je connais des gens charmants là bas...Russes et Estoniens...toujours prets à m'aider. Je suis cadre et parfois je me sens mal à l'aise parce que je me dis que j'ai plus de moyens qu'eux alors moi, je devrais les aider. C'est pour eux et mon fils que j'apprends aussi l'estonien. J'ai besoin de les voir souvent et maintenant je relativise beaucoup de choses. Steph

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup cette vidéo , elle dégage beaucoup d’émotion, en effet! C’est quelque chose d'incroyable de pouvoir réaliser une chaîne pareille, impensable pour moi en France, pourtant ils l'ont fait, eux !
    Je pense que c'est ça qui m'a beaucoup touchée , cette solidarité extrême !
    Je comprends que ce pays te soit très cher, il l'est devenu aussi pour moi .Ton petit est là bas, une partie de toi aussi, inévitablement.
    Je comprends aussi que tu te sentes mal à l’aise, ce sentiment de « culpabilité » existe pour beaucoup de nous quand nous côtoyons des personnes moins aisées que nous, dans des pays « moins riches » que le nôtre.
    Mais les gens qui t’accueillent en Estonie, qu’ils soient Russes ou Estoniens ne te voient pas comme un cadre qui gagne bien sa vie en France. Ils te voient comme un papa qui vient voir son fils, et qui veut être accepté en tant que tel et ne demande qu’à connaître le pays et les gens avec lesquels vit son fils.
    Ne te soucie donc pas de cette « apparence » que tu penses donner, ils ne te voient pas ainsi, reste simple et je pense que ça leur suffira. Donne leur ton amitié , ils n'en demandent pas plus!
    Comme toi, j’ai eu un peu ce sentiment en allant deux fois en Estonie (en tout cas au début), mais j’ai vite compris que rester simple et accepter leur amitié, leur accueil, est le plus beau cadeau que tu puisses leur faire.
    Nous avons perdu les notions les plus simples dans nos sociétés « modernes », la société a changé beaucoup de nos valeurs, nous ne savons plus raisonner en toute simplicité (ce n’est sans doute pas notre faute, mais nous pouvons nous corriger, je m’y efforce). Ces peuples qui ont vécu des années très dures d’occupation, n’ont pas les mêmes valeurs que les nôtres, leur principale valeur est la liberté, l'indépendance et non l’argent (le "dieu" de nos sociétés). Par contre, avec la nouvelle génération qui n’a pas connu l’occupation, cela va peut-être changer, malheureusement !
    Quant à apprendre l’estonien, tu as raison, c’est une belle langue, j’ai appris quelques mots pour « communiquer » avec les grands parents, cela leur fait tellement plaisir. Et bravo, car ce n’est pas une langue facile.
    Continue d'y aller souvent si tu le peux, c’est important de voir son enfant grandir, pour lui comme pour toi.
    Tu vas peut-être rencontrer Guillaume en juillet pour le 25ème Laulupidu Festival Song, j’ai cru comprendre sur un article de Guillaume que tu y allais ?
    J’aurais adoré voir cette fête, ça doit être extraordinaire, peut-être un jour ?
    A bientôt
    Marianne

    RépondreSupprimer
  7. je finis ma journée de boulot! :) C'est joli ce que t'as écrit :P Chaque fois, que je vais là-bas, j'ai l'impression de recevoir plus que ce que je donne. J'essaie de leur faire plaisir egalement, mais maintenant je fais attention car au debut j'avais l'impression que mes cadeaux les genaient. Maintenant on s'amuse à s'echanger des p'tits plats. Je ramene des choses de France et j'ai le droit à un bon p'tit poisson ou gateau :) L'Estonien est tres fier et est persuadé qu'il peut s'en sortir tout seul, comme dans le passé :P Suite à un de mes comments sur le gouvernement estonien et l'apathie des Estoniens, une amie m'a gentiment remis en place :) Elle m'a rappelé que je n'avais pas à donner de leçons et qu'ils s'en sont toujours sortis jusqu'à present. Mais je lui en veux pas. :D Là bas j'ai appris à être un peu moins pessimiste et d'essayer de profiter de la vie même dans une periode difficile :) Steph

    RépondreSupprimer
  8. 17:19, et tu finis le boulot après avoir posté quelques commentaires.. je vois que la journée a été dure Steph :D (je rigole bien sur!)
    En fait, pense à acheter tes billets pour le Laulupidu, je pense que ça va être vite plein. J'espère que ça ne l'est pas déjà...

    sinon, cette version de Scorpions m'a donné des frissons !

    RépondreSupprimer
  9. Et toi, Guillaume , as tu acheté vos billets pour le Laulupidu ?

    RépondreSupprimer