Translate

lundi 9 novembre 2015

Pour le 11 novembre ,une pensée pour mon Grand-père ,ancien poilu de la guerre 1914-18

11 novembre 1982 - remise de médailles sur la Place du Maréchal Leclerc à Poitiers
mon grand-père est le deuxième à partir de la gauche 



Comme chaque année pour le 11 novembre ,je veux rendre hommage à mon grand père ,Marcel Alibert ( 05 septembre 1898 - 28 janvier 1986) et à tous ceux qui du côté français ,comme du côté allemand ,ont servi pendant toute la durée de la Grande Guerre les intérêts de leurs gouvernements respectifs . Ils ont été les pions de cette guerre ,et pour un grand nombre ,se sont sacrifiés pour défendre leur pays dans ce conflit militaire qui a atteint une échelle et une intensité jusqu'alors inconnues .
La guerre de 1914-18  a mis en jeu plus de soldats, provoqué plus de morts et causé plus de destructions matérielles que toute autre guerre auparavant .
Plus de 60 millions de soldats y ont pris part ,venant de 65 pays du monde entier impliqués dans ce conflit. Environ 10 millions de personnes sont décédées et 20 millions sont restées invalides.



Après la remise de médaille


Mon grand-père a reçu la médaille militaire le 11 novembre 1982 (photo tout en haut devant la mairie de Poitiers), exactement 64 ans après la fin du conflit et 3 ans avant sa mort : il avait alors 84 ans en ce 11 novembre 1982 . J'avais assisté avec ma famille à cette cérémonie de remise de médaille , qui pour lui, avait une signification très importante : c'était enfin ,après tant d'années , la reconnaissance et les remerciements de  l'État français pour son engagement en 1916 et pour les combats auxquels il avait participé avec ses camarades sur les différents fronts.
Ce jour du 11 novembre 1982 fut pour lui ,comme pour nous tous qui l'entourions ce jour là, un moment très émouvant !

Mon grand-père paternel dans les ruines d'Ostel (Aisne)
Octobre 1917



Ce 11 novembre doit rester une journée de mémoire pour tous ceux qui ont pris part à cette guerre si meurtrière ,il faut laisser de côté haine et rancœur pour simplement se souvenir de ceux qui ont laissé leurs vies sur les champs de bataille et grâce  auxquels ,finalement , l'Allemagne et la France ont maintenant des intérêts communs au cœur d'une Europe construite sur des ruines et des millions de morts. Espérons que la mort de ces millions d' innocents venus de si loin pour certains ,ait au moins servi à sauvegarder la paix en Europe pour toujours .




 
Lien pour l'article sur le Parc Mémorial Canadien de Vimy : 
 http://blog-dazur.blogspot.com/2010/11/le-parc-memorial-canadien-de-vimy.html
 

et pour le Mémorial de la Porte de Menin à Ypres (Belgique):
http://blog-dazur.blogspot.com/2010/11/memorial-de-la-porte-de-menin-ypres.html



vendredi 6 novembre 2015

Il y a 26 ans , le 9 novembre 1989 ,le mur de la honte s'écroulait à Berlin




 Pour les Allemands, le 9 NOVEMBRE rappelle tout à la fois l'avènement de la République (1918), le pitoyable "putsch de la Brasserie" (1923), la sinistre "Nuit de Cristal" (1938) et l'heureuse chute du Mur (1989).

Chacun se souvient de la nuit du 9 au 10 novembre 1989... Cette nuit-là, devant les caméras du monde entier, de jeunes Allemands de l'Est et de l'Ouest brisent le Mur de la honte qui divise Berlin depuis le 13 août 1961.
Les jeunes gens prennent de court les dirigeants des deux bords qui ne s'attendaient pas à un enchaînement aussi rapide des événements.


Les peuples contre les dictatures


Réceptifs à la politique de glasnost (transparence) initiée trois ans plus tôt par le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, les dirigeants hongrois ont été les premiers à soulever la chape de plomb communiste.

Le 2 mai 1989, ils annoncent leur intention d'entr'ouvrir leur frontière avec l'Autriche. Des centaines d'Allemands de l'Est se précipitent alors en Hongrie dans l'espoir de bientôt passer à l'Ouest. En septembre, ils sont plusieurs milliers à s'enfuir de la sorte.
En République Démocratique Allemande (RDA), à Leipzig puis dans les autres villes du pays, les opposants au communisme quittent le secret des temples luthériens et manifestent au grand jour. Ils ont pourtant quelque motif de craindre le sort des étudiants chinois de la place Tien An Men , à Pékin, sauvagement écrasés au même moment.
Le pouvoir est-allemand vacille. Début octobre, il autorise le transfert à l'ouest de plusieurs milliers de ses ressortissants qui s'étaient réfugiés dans l'ambassade ouest-allemande de Prague. Sa faiblesse s'affiche dans ces trains qui traversent l'Allemagne de l'Est, pleins de réfugiés triomphants !
Le 7 octobre 1989, lors du défilé commémoratif du 40e anniversaire de la RDA, Erich Honecker (77 ans), secrétaire général du Parti communiste est-allemand, doit supporter les acclamations qui montent vers... son invité, le réformiste Mikhaïl Gorbatchev (57 ans) : «Gorbi, Gorbi !». Après ce camouflet, le 18 octobre, il laisse la place à Egon Krenz, un dirigeant aussi stalinien que lui mais plus jeune (51 ans).
Rien n'arrête plus l'Histoire. Un million de manifestants à Berlin-Est entraînent la démission collective du gouvernement communiste le 7 novembre.
Deux jours plus tard, le 9 novembre, vers 18h, Günter Schabowski, membre du bureau politique, annonce très simplement la décision du gouvernement de RDA vis-à-vis des Allemands de l'Est : «les voyages privés à destination de l'étranger peuvent désormais être demandés sans aucune condition particulière». «À partir de quand ?» demande un journaliste. «Autant que je sache... tout de suite», répond le dirigeant !
Quelques heures plus tard, on compte déjà des dizaines de milliers de Berlinois devant les sept postes-frontière du Mur.
À 22h15, le poste-frontière le plus au nord, à Bornholmer Straβe, est ouvert et la foule s'y engouffre dans une euphorie indescriptible, sous le nez des redoutables garde-frontières est-allemands, les «vopos». En près de 30 ans, ces derniers ont tué 239 personnes qui tentaient de franchir le Mur. Cette fois, ils gardent l'arme au pied. Ils comprennent que leur temps est révolu.
Au cours de la nuit, les autres postes-frontière sont à leur tour ouverts. Les Berlinois de l'Est comme de l'Ouest ne se contentent pas de cela. Qui avec un marteau, qui avec une pioche, chacun s'attaque au béton du Mur (3,60 mètres de haut, 160 kilomètres de long et 300 miradors).
C'en est fini de cinquante ans de séparation et d'antagonismes entre les deux parties de l'Allemagne, la République Fédérale Allemande (RFA, en allemand, BundesDeutscheRepublik, BDR), sous influence occidentale, et la République Démocratique Allemande (RDA, en allemand Deutsche Demokratische Republik, DDR), sous domination soviétique.
Les idéologies chavirent dans un enthousiasme débridé. Personne ne s'inquiète encore des lendemains difficiles de la réunification. Sans perdre de temps, le chancelier fédéral Helmut Kohl impose une unification monétaire puis politique des deux parties de l'Allemagne. L'unité est officialisée le 3 octobre 1990. Ce jour est depuis lors fête nationale en Allemagne.
En 1999, le chancelier Kohl laissera à son successeur l'honneur d'inaugurer l'installation des pouvoirs publics à Berlin, qui fut déjà la capitale de l'Allemagne de 1871 à 1945.


De la réunification à la monnaie unique

Sans perdre de temps, le chancelier fédéral Helmut Kohl impose une unification monétaire puis politique des deux parties de l'Allemagne. L'unité est officielle le 3 octobre 1990, un jour qui devient la fête nationale allemande.
Le président français François Mitterrand, prenant acte du caractère inéluctable de la réunification, va négocier en contrepartie le sacrifice du deutsche Mark sur l'autel de l'union monétaire européenne. Ce projet débouchera sur la signature du traité de Maastricht le 7 février 1992.

André Larané
Source "Herodote": " 9 novembre 1989 - le Mur de la honte s'écroule"